© 2023 by IN Studio. Proudly created with Wix.com

 

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus

Petites filles en robe blanche, garçons en costume : modes et Première Communion

April 16, 2015

 

 

                                            

 

La Première Communion a été un des rites importants des familles françaises jusqu'à nos jours. Garçons et filles âgés de 12 ans, après trois années de catéchisme, participaient pour la première fois à la cérémonie de l'Eucharistie et renouvelaient leurs voeux de baptême. Le Pape Pie XII avait avancé l'âge à la communion à 7 ans dans les premières années du 20e siècle, mais cela n'avait rien changé à la cérémonie initiale.

 

Cette fête, qui se déroulait au mois de mai, voyait les garçons en costume et les fillettes habillées de blanc avec de longs voiles, qui les faisaient ressembler à des mariées en miniature. Les grands magasins ont très vite investi ce marché et ont proposé des pages ou des catalogues spéciaux pour cette occasion. En voici un du magasin du Louvre de 1938 :

 

 

Les fillettes en couverture ont une tenue complète comprenant la robe,  plissée ou brodée, un voile avec couronne ou bonnet, une ceinture et une aumonière, des bas et des souliers blancs. Elles ont à la main un missel neuf. Les familles qui avaient les moyens financiers offraient la tenue neuve à leurs enfants. C'était un luxe, car le vêtement ne pouvait pas resservir, sauf à le prêter à une autre fillette. Les parures (bonnet, ceinture, aumonière) étaient particulièrement travaillées et pouvaient doubler le prix de la robe.

 

 

Le prix de la robe variait en fonction de la richesse de l'ornementation. Les toilettes de ce catalogue sont plissées et brodées à la main, un travail très minutieux dans des tissus de mousseline ou d'organdi.

 

 

Dans d'autres catalogues les tenues  sont plus modestes. Celui de la Samaritaine de 1935 propose des costumes simples à 17,50 F et des tenues riches à 89 F.

 

Catalogue La Samaritaine 1935

 

Les garçons sont habillés de manière beaucoup plus sobre. Ils peuvent porter le costume marin, mais le plus souvent ils sont en veston et pantalon, ou culotte courte. Le brassard brodé et à franges indique leur qualité de communiant. Ce vêtement marque une sortie de l'enfance, et il ressemble à celui des adultes.

 

 

Catalogue Samaritaine 1935

 

        

Il fallait aussi penser aux toilettes des mères et des soeurs qui se devaient d'être à la dernière mode.

 

 Revue "C'est la mode" 7 avril 1938

 

Les toilettes des communiantes ont assez peu évolué jusqu'aux années 1950. Il faut à la fois faire preuve de simplicité et tenir son rang, une double contrainte jamais parfaitement résolue jusqu'à  l'adoption de l'aube à la fin des années 50, qui mettait tous les enfants, garçons et filles, à égalité. Les modèles sont pratiquement les mêmes pour les deux sexes. Les filles ont un court voile. Pour les filles, le modèle de la mariée fait place alors à une inspiration monastique, certes plus simple, mais moins désirable.

Magasin des Demoiselles 1848

 

 Communiantes vers 1930

                       

 

 

Souvenir de Première Communion 1962

 

 

 

                                                         Catalogue Decré 1962

 

Les communiants passaient chez le photographie pour garder un souvenir de ce jour unique. On les fait poser de manière stéréotypée, accoudés à un prie-dieu, avec un missel ou un chapelet à la main.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiant vers 1925

 

 

 

 

                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Communiant 1954

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiante vers 1929

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Communiante vers 1950

 

 1958, aube confectionnée par la mère de la communiante

 

Please reload

Featured Posts

L'Ecole au service de la publicité

July 5, 2018

1/9
Please reload

Recent Posts

June 23, 2017

November 15, 2016

Please reload

Follow Us